© 2017 Site créé par un membre de la Troupe des Tréteaux Lyriques

  • Grey LinkedIn Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Google+ Icon

LES EQUIPES DES ANCIENS SPECTACLES

Rémi Préchac, metteur en scène

(Le Voyage dans la Lune - 2017, Le Pont des Soupirs (2011), La Princesse de Trébizonde - 2009)

Rémi Préchac a reçu une formation de comédien auprès de Jean Laurent Cochet, ainsi que de danseur auprès d’Alain Ruelle, professeur à l’école de l’Opéra de Paris, dont il a été l’assistant pour la mise en scène des ballet de La Vie Parisienne, West Side Story, les Mille et Une Nuits. Ces dernières années il a, entre autres, mis en scène Cent millions qui tombent de Feydeau au théâtre le Palace, La Périchole de Jacques Offenbach, l’opéra Cavalleria Rusticana de Mascagni, un spectacle lyrique Rires et Larmes avec Malika Bellaribi, Chez ma mère pièce dont il est l’auteur, le Bal des Voleurs de Jean Anouilh au Théâtre du Renard. Il a récemment mis en scène Basile de Caroline Darnay au Gymnase, l’opéra Donnez-moi le La et Le Tour du monde en quatre-vingt minutes de Jean Pierre Lédé au Théâtre Gérard Philippe à Troyes, puis au Trianon à Paris. Le Music-Hall Lucienne et les Garçons, a obtenu le prix SPEDIDAM au Molières 2006. La même année, il créé la structure de production de théâtre et de production audiovisuelle Adhésive Production dont il est le gérant. C’est après avoir assisté, en tant que spectateur à la Belle Hélène joué par les Tréteaux Lyriques que Rémi Préchac a tenté avec eux l’aventure et a mis en scène la Princesse de Trébizonde au Trianon et le Pont des Soupirs à l’Espace Pierre Cardin à Paris.

Marie Favier, chef de chœur

La Vie Parisienne - 2015, Le Voyage dans la Lune - 2017

Marie Favier, licenciée et maître en musique/musicologie, a étudié à la Maîtrise de la Loire, au CRR de Lyon et au Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV). En 2017, elle fait également partie de l’académie Les Paris Frivoles, organisée par les Frivolités Parisiennes autour du répertoire français de l’opéra-comique, l’opéra bouffe et l’opérette.

Elle travaille avec divers ensembles, en chœur ou un par voix : Actéon, Les Cris de Paris, La Chapelle Rhénane, Correspondances, Le Concert Spirituel, le Chœur de chambre de Namur, Arsys Bourgogne, Accentus…dans un répertoire allant de la musique baroque à la musique contemporaine.

Comme soliste on a pu l’entendre en concert avec chœur et orchestre dans les messes de Mozart, Haydn, Liszt, Schumann, Schubert…dans des cantates et motets de Bach, le Stabat Mater de Pergolesi, El amor Brujo de De Falla ou encore l’opéra Dido and Aeneas (rôle de Sorceress et Dido) de Purcell… 

On a pu la voir sur scène dans les rôles d’Hermia (Barbe-bleue d’Offenbach), Isménide (La Vénitienne de De La barre), Clorinde (Tancrède de Campra) et Polymnie et Caliste (les Fêtes de l’Amour et de Bacchus de Lully)…

Elle a appris la direction de choeur avec Leslie Peeters et a dirigé depuis 2004 des formations variées (enfants, adolescents, adultes) dont le chœur d’adolescent du Centre de la Voix Rhône-Alpes, un projet Indes Galantes avec le CMBV et les collèges de Trappes, les chœurs Cantate de Oullins, Allegretto de Vonnas, Papageno de Versailles et la compagnie d’opérette les Tréteaux Lyriques à Paris. 

Elle a également créé les ensembles Orphéa (Voix égales – Musiques romantique à moderne) et Comet Musicke (2 violes 2 voix – 3 musiciens), et co-écrit et interprété la comédie musicale jazz « Un Noël à New-York » (dans le rôle de Caroline) donné à la Comédie Nation de Paris et au Mois Molière de Versailles.

Mirabelle Ordinaire, metteur en scène

La Vie Parisienne - 2015

Metteur en scène, traductrice, dramaturge et danseuse, Mirabelle Ordinaire partage son temps entre Paris et New York.

À New York, en parallèle de son doctorat d'études théâtrales à Columbia University, elle a mis en scène A Theory of Perpetual Motion de Gaetano Marangelli (2013) et The Dumb Waiter de Harold Pinter (2007), mis en scène et dansé dans Lorca in New York (2012), et réalisé la dramaturgie des Bonnes de Genet pour la Red Bull Theatre Company de Jesse Berger (2012). Elle a participé, comme dramaturge, chorégraphe, et danseuse, au spectacle inaugural de la compagnie Weildworks, Fêtes de la nuit de Charles Mee (m.e.s. Kim Weild, Ohio Theatre, 2010).

À Paris, elle a travaillé avec Robert Wilson sur Les Fables de La Fontaine (Comédie française, 2003), Andrei Serban sur Otello de Verdi (Opéra Bastille, 2004), et, depuis 2010, assiste le metteur en scène Christophe Perton sur ses spectacles – tout récemment sur Don Giovanni de Mozart (Atelier lyrique de l'Opéra Bastille, MC 93 Bobigny, 2014).

Elle est membre du comité anglais de traduction théâtrale de la Maison Antoine Vitez depuis 2011, et enseigne depuis 2012 des ateliers de théâtre sur Shakespeare à Sciences-Po.

Elle danse le flamenco et le tango, et songe sérieusement à se mettre au French cancan en préparation de La vie parisienne avec les Tréteaux Lyriques !

Jin-Joo LEE, Pianiste

La Vie Parisienne - 2015

Originaire de Séoul, Corée du sud, a débuté le Piano à l'âge de 5 ans. Elle fait ses etudes à l'Université Kyung Hee de Séoul et a régulièrement participé à la création des compositeurs et des artistes coréens.    Après sa licence en musique, elle poursuit ses études de piano à l'Ecole Normale de Musique de Paris et au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles dans la classe de Françoise THINAT,Françoise BUFFET,Jacques BERNIER et François CHAPLIN.

Elle y a obtenu le Diplôme d'Enseignement, le Diplôme d'Etude Musicale et Prix de Perfectionnement. Elle remporte le 1er prix du concours supérieur UFAM et la 2e médaille d'excellence du concours de Chatou. Passionnée par la Musique de Chambre, elle continue à approfondir son répertoire et sa culture artistique auprès de Marie-Pierre Soma, elle reçoit à l'unanimité du jury,  le diplôme supérieur de Concertiste de Musique de Chambre.

Elle participe à de nombreux concerts et festivals, tant comme soliste que comme chambriste (soliste de piano : concerto de Saint Saens sous la direction de Jean François Gonzales ; soliste d'une pièce de théâtre « Pianoforte, ma vie » au festival d'Avignon d'Adelaide et de Séoul ; elle se produit au sein de plusieurs formations avec instrumentistes, chanteurs et danseurs. Parallèlement elle est accompagnatrice dans les conservatoires de la ville de Paris (10e, 13e) et au conservatoire de Pavillons Sous Bois.

Bernard Jourdain, metteur en scène

La Créole - 2013

Le théâtre l’a absorbé depuis l’âge de treize ans. Il s’y est adonné corps et âme pendant ses années de lycée. A vingt ans, il monte à Paris pour apprendre le métier de comédien. Il rentre aussitôt au Conservatoire National d’Art Dramatique… mais comme régisseur ! Il y a tout de même suivi les cours d’Antoine Vitez et assisté les élèves qui montaient des spectacles au sein de l’école (Daniel Mesguish, Patrice Kerbrat, Richard Berry). Pendant quelques années, il a été l’assistant de Jacques Rosny et de René Clermont. Il a ensuite monté sa propre compagnie et mis en scène à Paris La Double Inconstance de Marivaux, un spectacle Ruzzante et Les Caprices de Marianne de Musset. Il n’imaginait pas vivre ailleurs que sur une scène, au milieu des odeurs de poussière, de vieux bois, de gélatines brûlées et de colle à marouflage. Le sentiment qu’il éprouvait en réglant toute une nuit des éclairages pour un spectacle d’été, en voyant le soleil se lever sur Albi, AiguesMortes ou Carpentras, lui disait que sa vie était là, qu’il ne saurait vivre loin des planches et des comédiens donnant âme à un texte. Et pourtant, il s’est éloigné des salles de spectacle pendant trente ans pour découvrir comme réalisateur un monde assez différent mais tout aussi exaltant : le cinéma et le documentaire. En 2003, à la demande d’un ami, il a mis en scène Love Letters d’Albert Gurney, dans le off à Avignon. Emmanuel Courcol venait de ranimer les braises du feu sacré…En 2004, au Théâtre de la Tempête, dans le cadre des rencontres de la Cartoucherie, il monte Mea Culpa, un texte d’Isabelle Huchet, sa compagne. Grâce à elle, il découvre la mise en scène d’opéra. En 2008, il monte Candide de Léonard Bernstein. Après une période de vertige dû au nombre de personnes qu’il devait diriger, il a mesuré sa chance, la puissance créatrice, la liberté que lui offrait la mise en scène d’opéra. En 2010, il fonde sa compagnie lyrique Opéra Côté Chœur et met en scène Mort à Venise de Benjamin Britten et un opéra bouffe de Gluck, La Rencontre Imprévue, pour un festival d’été au Pays Basque.
Depuis, il a mis en scène Monsieur Choufleuri restera chez lui le... de Jacques Offenbach et Norma de Bellini. La saison prochaine, ce sera Carmen de Bizet et bien sûr La Créole d’Offenbach avec Les Tréteaux Lyriques.

Jean Bridier, chef de chœur

Jean BRIDIER, ingénieur de profession, se consacre depuis de nombreuses années à la pratique du chant choral.

Il a étudié la direction de chœur  avec Stéphane CAILLAT et Philippe CAILLARD dont il devient le successeur de son ensemble vocal.

De 1968 à 1975, il dirige un chœur d’enfants : "La Maîtrise Nationale d’enfants", avec laquelle il donne en France et à l’étranger de nombreux concerts notamment sous la direction de Léonard BERNSTEIN. Ainsi il forme de nombreux enfants à la musique. Sous sa direction, cette maîtrise donne notamment,  le "Stabat Mater" de PERGOLESE, des cantates de  BACH, des motets de MONTEVERDI et des messes de HAYDN. En 1977, il fonde l’ "Ensemble Vocal Jean BRIDIER". Cet ensemble se consacre aux grandes œuvres avec orchestre :  L’ "Oratorio de Noël" de BACH et le "Requiem" de BRAHMS avec l’Orchestre National d’Ile de France sous la direction de Jacques MERCIER,  Le "Requiem" de DURUFLE avec l’Ensemble Orchestral de Paris,  Le "Messie" de HAENDEL, la "Passion selon St Jean" de BACH, la "Passion selon Brooks" de HAENDEL, avec "La Grande Ecurie et la Chambre du Roy" sous la direction de Jean Claude MALGOIRE dans le cadre du festival de St Denis.

Ces différents programmes ont fait l'objet d'enregistrements discographiques chez ERATO. 

En 1982, il dirige son ensemble et "La Grande Ecurie et la Chambre du Roy" dans les "Vêpres à la Vierge" de MONTEVERDI. Il a été l’assistant musical de Vincent BERTHIER DE LIONCOURT pour la réalisation d’oratorios mis en scène par Pierre PROVOYEUR : Judith de M.-A.CHARPENTIER  et l’anima il corpo de CAVALIERI à Ferrières en Gâtinais, puis dans le festival du pays de Bray.

En tant que pédagogue reconnu, il a animé de nombreux stages de formation de chefs de chœur organisés par les fédérations  A.CoeurJoie et la FNAMU et de nombreux ateliers "chorals" mis en place par les délégations départementales à la musique en Ile de France.

En 2005, Il a préparé les chœurs et solistes des Tréteaux  Lyriques pour Orphée aux enfers de Jacques OFFENBACH. Cette opérette a été donnée  en version scénique au théâtre du  Trianon à Paris.  En 2007, il poursuit cette aventure « Offenbach » avec cette même  troupe qui a donné La Belle Hélène  mise en scène par Jean-Paul BOURON pour une quinzaine de représentations.

Adrien Jourdain, assistant du metteur en scène

La Créole - 2013

Adrien Jourdain découvre et tombe amoureux du théâtre à sept ans. Pendant 15 ans, il participera à de nombreux spectacles amateurs. Le dernier en date : Le Lion en Hiver de James Goldman est sélectionné parmi les trois meilleurs spectacles d’île de France lors du Masque d’Or 2011. Parallèlement, Adrien suit des études de cinéma à l’Eicar.  Il recevra le prix du Meilleur court-métrage de fin d’études des mains de Dominique Pinon.  Son dernier court-métrage rallie ses deux passions : il est adapté d’un dialogue théâtral de Xavier Durringer.


Isabelle Huchet, scénographe

La Créole - 2013

Tout mon CV tient dans mon plaisir de faire mon métier. Trente ans que ça dure. L'école(l'ENSATT) est bien loin. C'était à la fin des années 70. En en sortant, il y a eu 10 ans dethéâtre comme on en décrit dans les romans noirs. Du théâtre sans le sou, sans lieu, maispas sans talents.
Lors de rétrospectives, j'ai pu exposer mes tout premiers costumes, tissés de mes petitesmains d'apprentie, pour Macbeth. C’était un beau spectacle, mais quelle époque difficile !J’ai été bien soulagée d'entrer, par hasard, dans le monde de l'événementiel. C'était avantla guerre du Golfe, les entreprises étaient riches et ne craignaient pas de le montrer. Lesprojets étaient déments, l'argent coulait librement. Pendant cette période, j'ai beaucoup appris, en concevant des décors volumineux pour de grandes et belles scènes.
Mais le théâtre, les beaux textes me manquaient. Alors, à la première occasion, je suisrevenue au spectacle. C'était sur un opéra pour et avec des enfants, grandiose, avec cetteécole de chant incroyable qu'est le Créa, à Aulnay-sous-bois. Ils montaient le Tour du mondeen 80 jours, musique de Louis Dunoyer de Segonzac, mise en scène de Patrick Paroux. 270costumes, 20 changements de décors conçus par mon amie Claire Belloc. Une somptuositéjouée cinq fois !Depuis, je me suis habituée aux opéras qu'on monte en plusieurs mois et qui meurent aprèstrois jours. Tout le bonheur est dans la préparation, la gestation. Après, c'est l'arrachement.
Une première décennie consacrée donc au théâtre, une seconde dans l'institutionnel etpour la troisième décennie, je me suis coulée dans le monde de l'opéra qui m’enchante. Auxcréations, toujours intimidantes, mais toujours passionnantes, pour la réunion des opéras deprovince, tels que, en 2009, Les Orages désirés, musique de Gérard Condé et Ik et Ox, musiqued'André Bon se mêlent maintenant les œuvres de répertoire : Carmen, Hamlet, Orphée etEurydice, Paillasse, des opérettes nombreuses d'Offenbach, le Candide de Bernstein, et lemagnifique Tosca.


Isabelle Pasquier, costumes

La Créole - 2013

Le costume a d’infinies possibilités de création, de mélanges de techniques et de matières,de traditions et de nouveautés, c’est un acteur à part entière au service d’une histoire etmoteur de l’imaginaire du spectateur…
Mes études en Arts Appliqués à Paris et aux Pays-Bas, en mode, dessin textile et costumede scène, m’ont donné le goût pour le mélange des disciplines, la recherche de matières, lapeinture sur tout support.
J’ai débuté par la création et la réalisation d’accessoires et peintures de décors, au seind’une équipe de décorateurs pour des tournages de films publicitaires, de clip musicaux etde courts métrages.Cette belle expérience « tous terrains » a enrichi mon travail du costume.
J’ai habillé des interprètes de 5 à 77 ans….J’ai travaillé pour le spectacle vivant en théâtre, opéra, marionnettes, danse contemporaineet hip-hop.
Mes spectacles favoris, pour lesquels j’ai créé et réalisé les costumes :
« La vie secrète de Marioline Serin », « Martin squelette », « Olvidados »,« Les sales mômes », « Le tour du monde en 80 jours », « Boulevard DuSwing », « Rutabaga », »,« Dancing Palace », « Lady Godiva » pour le Créa,dirigé par Didier Grosjman.« Les Mamelles de Tirésias », « La Dame de chez Maxim »,« La Boîte à Joujoux » pour le Studio Théâtre d’Asnières,dirigé par Jean-Louis Martin Barbaz et Hervé Van Der Meulen.« Qui Danse ? », « La Princesse Métamorphée », « Le Théâtre des Opérations »,pour laCompagnie de l’Alambic de Christian Bourigault.« Zou », pour la Compagnie Losange de Stéphanie Nataf.« Babel », « Antigone » pour la compagnie Eltho d’Elise Chatauret.
Je travaille actuellement pour le cabaret hip-hop « Vous Désirez ? » de la compagnie DesEquilibres.

Céline Jendly, styliste

Le Pont des Soupirs - 2011

Une fois en poche son diplôme de l’Ecole supérieure d’Arts appliqués de Genève, Céline Jendly se lance dans la haute-couture et devient à Zurich l’assistante de Urs Aebi, lui-même ancien modéliste de Thierry Mugler. A partir de 1997, la styliste suisse fait ses premiers pas en solo : après avoir présenté son travail en Suisse à travers deux défilés, elle monte son propre atelier dans lequel elle crée des vêtements pour une clientèle privée, réalise des costumes pour le théâtre et présente son travail aux concours internationaux de Hyères et au Japon. En 1999, Céline Jendly quitte sa Suisse natale pour rejoindre la Ville Lumière. A Paris, elle fait ses armes dans l’univers fourmillant de la mode au côté de la créatrice italienne Popy Moreni, pour laquelle elle se rendra régulièrement au Japon afin d’assurer le suivi des collections.

En 2003, Céline Jendly ouvre sa première boutique, “Lune Paris”, à Montmartre. Depuis 2003 au travers de trois univers le Prêt à rêver, le Prêt à cravater et le Prêt à chiner, Céline travaille pour la clientèle de sa boutique, et également pour le théâtre, le cinéma et la télévision.

Christel Grévy, scènographe

La Princesse de Trebizonde - 2009

Issue de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts décoratifs de Paris après avoir été aux Beaux Arts de Valence, Christel, s’est spécialisée dans la scénographie théâtrale. Sa participation au Festival d’Avignon pendant plus de 10 ans, lui a permis de côtoyer des metteurs en scènes prestigieux, des chorégraphes et éclairagistes de renom… et très vite, elle a intégré les scènes nationales Parisiennes (Théâtre de Chaillot, Les Amandiers, l’Odéon, Le Dansoir de Karine Saporta…) Elle est sensible aux lieux, aux bâtiments et à leurs histoires, aime mettre en lumière les murs et faire parler les pierres (Palais des Papes à Avignon, Conciergerie de Paris, aux Thermes de Cluny, Cathédrale de New York, à l’Orangerie du château de Versailles… Sa sensibilité est guidée par la musique qu’elle pratique et qui lui ouvre des portes vers des spectacles musicaux (Opéra avec William Christie et Alain Germain, Gospel, opéra de quartiers avec la Cie-In-Sense) ainsi que des spectacles plus intimistes de conteurs et musiciens. Elle est co-fondatrice de la compagnie “Musique à voir” créée en 2008 dont la mission est de promouvoir la musique dans un cadre scénique. Christel Grévy est également sollicitée par des Musées afin de créer des parcours scénographiques lors d’expositions (Issy les Moulineaux, Colombes) Enfin, un regard sur l’écologie l’amène à travailler sur des réalisations paysagères.

Caroline Darnay

La Princesse de Trebizonde - 2009, Le Pont des Soupirs - 2011

Assistante metteur en scène

Caroline Darnay s’est tournée vers le théâtre après des débuts dans la danse et la comédie musicale. Elle a joué G.B. Shaw, Molière, Shakespeare et Ionesco ainsi que plusieurs rôles à la télévision et a notamment travaillé au cinéma avec Olivier Assayas, Mario Monicelli et Lars Blumers. Formée chez Jean-Laurent Cochet, elle a mis en scène La Répétition d’Anouilh, L’Heureux Stratagème de Marivaux où elle jouait la Comtesse, Le Demi-Monde de Dumas fils où elle jouait la baronne d’Ange, La Paix du Ménage de Maupassant, L’Invitation à la Valse de Dumas et a récemment joué dans Tartuffe et Le Malade Imaginaire aux côtés de René Camoin. Elle est l’auteur des Prisonniers de Thermidor et de Basile, où elle tient le rôle de la duchesse de Châtillon sous la direction de Rémi Préchac, avec lequel elle a collaboré à la mise en scène des opéras bouffes d’Offenbach La Princesse de Trebizonde et La Perichole.

Marion Lebègue, chef de chœur

Marion est une artiste passionnée par la scène. Elle débute la musique par la clarinette mais découvre lors de ces années d’études en Musicologie la direction de choeur, le chant, ou encore l’ethnomusicologie. Elle obtient en 2007 son CAPES, elle enseigne alors pendant trois ans, jusqu’à son recrutement en 2010 dans les choeurs de l’Opéra de Metz. C’est alors l’art lyrique qui rythme son quotidien. Elle partage ses activitées entre ses activitées de soliste (opéras et récitals), de choriste et de comédienne. Elle travaille actuellement au sein du Choeur de Radio France et chante cet année “Psyché” de César Franck au Palais Garnier, la “Neuvième Symphonie” de Beethoven à la Salle Pleyel avec l’orchestre de Leipzig, la Passion selon St Jean de Bach, le Requiem de Fauré, Parsifal de Wagner, ou encore le Requiem de Mozart aux Chorégies d’Orange... Elle a interprété avec la troupe des Tréteaux Lyriques Hélène en 2007 (La Belle Hélène – Offenbach), Régina en 2009 (La Princesse de Trébizonde – Offenbach). Elle est cette année préparatrice vocale de la troupe et assistante chef de choeur. Soprano dramatique, elle est programmée prochainement dans L’Enfant et les Sortilèges de Ravel, La Flûte Enchantée de Mozart et dans Le Triptyque de Puccini.

Claire Foison-Béchu, pianiste

Claire est une artiste française. Ses études musicales ont été récompensées par les premiers prix des conservatoires de Nantes, Boulogne-Billancourt, Versailles, et les diplômes supérieurs d’enseignement et d’exécution dans la classe d’André Gorog à l’Ecole Normale de Musique de Paris. Pianiste passionnée, elle maîtrise le grand répertoire du XVIIIème au XXème siècle. Elle enseigne le piano au Conservatoire de Boulogne-Billancourt. Elle a donné ses derniers concerts au Japon, aux Etats-Unis, en France et pour les Alliances Françaises en Afrique. On l’a entendue récemment avec l’orchestre et les choeurs du Morbihan, au Festival du mois Molière de Versailles et à la salle Cortot à Paris. Elle est la pianiste du duo Divines Divas avec Cherise Lukow, soprano américaine et du duo Accords de cordes avec la soprano dramatique Marion Lebègue. Avec les créatios de La Belle Hélène et de La Princesse de Trébizonde, elle accompagne la Troupe des Tréteaux Lyriques depuis 2007.